29.05.2017

Mycoses, prurit, douleurs vulvo-vaginales : une femme sur deux atteinte au moins une fois dans sa vie

Journée de l'hygiène féminine: les 10 conseils de Bayer

Bruxelles, MAI 2017 — C’est un sujet souvent tabou chez les femmes : les démangeaisons vulvaires ou prurit. Et pourtant, les plaintes vaginales touchent de nombreuses femmes : une femme sur deux en souffre avant d'avoir 25 ans.  A l'occasion de la journée internationale de l’hygiène féminine, le 28 mai, Bayer donne quelques conseils pour éviter les problèmes vaginaux ou pour les adoucir. Car quelques gestes simples (éviter les produits pour l'hygiène intime, ne pas porter de strings, de protège-slips…) permettent de mieux prévenir ces difficultés. «Mais le plus important est d’oser en parler, que ce soit à son pharmacien ou à son médecin», explique le Professeur Dominique Parent, attachée à l'Hôpital Erasme (ULB).

 

“Beaucoup de femmes craignent encore d’expliquer leurs plaintes intimes, soit par pudeur, soit parce qu’elles ont un sentiment de culpabilité”, souligne Dominique Parent, fondatrice de la Clinique de pathologie des muqueuses à l’Hôpital Erasme (ULB).  “De manière générale, les femmes attendent pour consulter d'avoir des douleurs pendant les rapports sexuels ou de craindre un cancer ou une infection sexuellement transmissible. Cette décision de voir un médecin peut prendre du temps, surtout dans des familles où les sujets intimes sont évités.”

Les mycoses

 

Une mycose vaginale est une infection bénigne mais qui peut être très ennuyeuse. Les symptômes possibles sont des démangeaisons, une sensation de brûlure et des pertes blanches anormales. Dans la plupart des cas, une mycose vaginale affecte la femme au niveau interne et externe (mycose vulvo-vaginale). Il est conseillé de toujours traiter l’infection vaginale et les lésions vulvaires éventuelles.

Les cas de mycose ne sont pas rares : « 50% des femmes ont au moins une mycose vulvo-vaginale avant 25 ans. » précise Dominique Parent.

 

Prurit et douleurs

 

« En Belgique, on estime que 50 % des prurits vulvaires sont dus à une irritation ou à une allergie de contact. Deux symptômes principaux existent : le prurit, qui touche principalement la peau, c’est le besoin de se gratter, et la douleur, qui peut atteindre toute la région génitale (externe et interne) » explique le Professeur Dominique Parent.

 

« Le prurit sans pertes concerne une maladie de la peau et non une infection vaginale. Quand on se gratte au niveau de la vulve ou de l’anus, un cercle vicieux s’installe: ça chatouille, on se gratte chroniquement, provoquant une inflammation et entraînant encore plus le besoin de se gratter. Le prurit vulvaire isolé doit aussi attirer l’attention sur une maladie chronique: le lichen scléreux qui concerne environ 3% des femmes de plus de 40 ans.

 

«Concernant le prurit avec pertes, celui-ci est le plus souvent dû à une inflammation ou à une infection du vagin. Cette sécrétion irrite la vulve, entraînant alors prurit, grattage et douleur. Le candida, champignon responsable des mycoses vaginales est à l’origine d’environ 40% des affections vaginales. Il en résulte une leucorrhée abondante souvent blanche et épaisse à la différence des sécrétions normales claires et fluides» précise Dominique Parent.

 

La douleur peut être spontanée ou provoquée, notamment lors des rapports sexuels, du port de pantalons serrés, du placement de tampons ou de la pratique de sports comme le vélo ou l’équitation. Les causes de ces douleurs chroniques sont essentiellement la vestibulodynie et la vulvite atopique. La vestibulodynie est une affection d’origine inconnue qui concerne surtout les femmes jeunes et aboutit à des rapports sexuels très douloureux. L’atopie est une affection familiale (30 à 40 % de la population) qui prédispose au développement de l’eczéma dans l’enfance, de l’asthme ou du rhume des foins plus tard. Une peau atopique (très sèche et fragile) accroît le risque d'infection vaginale. Chez l’adulte, l’eczéma peut se situer au niveau génital, provoquant une douleur par frottement lors de la pénétration. Le résultat d’un manque d’hormones, notamment après la ménopause, peut entraîner une fragilisation de la muqueuse et donner des douleurs lorsque l’on touche, que l’on urine ou lors des rapports.

10 conseils en cas de plaintes vaginales

 

“Pour trouver le bon remède à ces maladies, il ne faut pas hésiter à consulter, afin de bénéficier d’un diagnostic précis et de soins adaptés”, avertit Dominique Parent. “Le pharmacien pourra éventuellement vous aider, mais si les symptômes ne disparaissent pas en quelques jours il faut voir un médecin !”

La majorité des irritations vulvaires sont provoquées ou aggravées par les soins d’hygiène non adaptés à la peau. Les peaux irritées, enflammées ou atopiques doivent être soignées avec des produits spécialement conçus pour les peaux atopiques. 10 conseils efficaces:

 

  1. La toilette est faite maximum deux fois par jour avec du savon plutôt qu’à l’eau claire, car des éléments de peau morte sont susceptibles de se retrouver dans les plis de la peau et de favoriser l’irritation. Après un rinçage abondant, tamponner délicatement la zone irritée pour la sécher.  Eviter des douches vaginales.
  2. Privilégier les savons sans savon ou les huiles lavantes qui n’agressent pas l’épiderme.
  3. Les produits pour toilette intime n’ont pas d’utilité, la peau vulvaire est semblable à celle du reste du corps.
  4. L’ajout d’extraits de plantes ou de parfums aux produits de soin ainsi que l’utilisation d’huiles essentielles peut provoquer des irritations, voire des allergies.
  5. Les crèmes apaisantes sont à choisir avec soin dans les gammes pour patients atopiques exclusivement.
  6. Les strings sont à proscrire en cas d'irritation.
  7. Portez de préférence des slips en coton avec un entrejambe assez large.
  8. Privilégier les tampons aux serviettes périodiques. Si vous portez des serviettes, elles doivent être le moins sophistiquées possible : sans parfum et sans couche plastique.
  9. Les protège-slips sont à éviter sauf en cas de vraie nécessité.
  10. Les slips en dentelle ne posent pas de problème s'ils ont un entrejambe en coton et que la dentelle n'est pas directement en contact avec la peau. 

Bayer: Science For A Better Life

Bayer est une entreprise mondiale dont les activités principales se situent dans les secteurs Life Science des soins de santé et de l'agriculture. Elle propose des produits et des services qui améliorent la qualité de vie tout en créant de la valeur par l’innovation, la croissance et une rentabilité élevée. Le Groupe s’engage à soutenir les principes du développement durable et s’investit dans son rôle de «corporate citizen» avec une responsabilité éthique et sociale. Au cours de l’exercice fiscal 2016, Bayer a employé environ 115.200 personnes et réalisé des ventes d’un montant de 46,8 milliards d’euros. Le montant des investissements a atteint 2,6 milliards d’euros, et le Groupe a investi 4,7 milliards d’euros dans la Recherche et le Développement. Ces chiffres incluent ceux de la division polymères de haute technologie, qui a été lancée en bourse en tant que société indépendante, sous le nom de Covestro, le 6 octobre 2015. Pour plus d'informations, consultez les sites: press.bayer.com

 

 

Personne de contact :

Karen Sleurs, +32 11 590 590
E-mail:
karen.sleurs@rca.be

 

Approval Number: L.BE.COM.05.2017.4202

 

Déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse peut contenir des déclarations prévisionnelles basées sur les hypothèses et pronostics actuels de la direction de Bayer. Des risques connus ou inconnus, des incertitudes ou d'autres facteurs peuvent entraîner des écarts substantiels entre les résultats, la situation financière, l'évolution ou les performances réels de l'entreprise et ceux exprimés dans ces prévisions. Ces facteurs comprennent ceux qui sont décrits dans les rapports publics de Bayer, disponibles sur le site Internet de la société à l'adresse www.bayer.com. L'entreprise décline toute responsabilité quant à l'actualisation de ces déclarations ou à leur adaptation à des évolutions ou événements futurs.